La vie d'ici et d'ailleurs (Tritriva)

Bienvenue ! Tonga soa ! Welcome !

Archive pour septembre, 2008

SIMPLEMENT ! RADO , 1923-2008 malagasy Journalist Poet

Posté : 30 septembre, 2008 @ 9:24 dans POEME | 2 commentaires »

882674851146936782715760004536367939033149auge201h001619lh2231h202147l.jpg RADO , engaged Journalist Poet Musician Painter Member Malagasy Academy MADAGASCAR

Mpanoratra Poeta malagasy

Journaliste Poète , musicien , peintre engagé …

**********************************************

                                          SIMPLEMENT !

Je t’aime simplement
Sans à dire « pourquoi »
Ni rajouter « puisque »
Car je t’aime tout simplement
Sans limites dans le temps
Je t’aime à jamais.

Les « causes » et les « raisons »
Fruits de la pensée 
Ne sont que des appâts…  
Précisosité oiseuse, 
Subtilité stérile,   
Feuilles sans suc.   

Les mots prononcés
Ne comblent en rien l’amour
En soi déjà comblé
Tout comme le serment
Invention si fragile                                                                                                                            C’est plutôt le coeur inaudible, muet. 

 RADO ,03 avril , 1974 , ZO , p. 57

Traduction Voahangy Ramiejamanana ANDRIAMANANTENA

**************************************************************

                                         FOTSINY

Tiako fotsiny ianao
Tsy asiana hoe « nahoana »
Na tovonona « satria »
Fa tiako fotsiny amin’izao
Tasy amerana fotoana
Tiako fotsiny doria.  

Ny « satria » sy ny « nahoana »
Mety ho takatsy ny saina ?
Teika ikendrena laka… 
Haingon-teny babangoana, 
Rindram-bolambery maina,
Ravina tsy misy faka.  

Tsy ny teny izay tononina
No hahafeno ny fitia
Efa feno rahateo 
Tsy ny toky izay foronina
Mora rava sy malia
Fa ny fo tsy manam-peo. 

RADO , 3 aprily 1974  ZO , takila faha-57

FIEVRE DES ILES – de Jean-Joseph RABEARIVELO – Poète malgache né en 1901 et mort en 1937 .

Posté : 29 septembre, 2008 @ 6:07 dans POEME | Pas de commentaires »

207j38lb.jpg

Le soleil s’est brisé sur ta tête
Pour que tu sentes ses éclats s’enfoncer
Dans l’arbre qui soutient ton dos;
Puis vriller à sec dans les branches de ton corps ?
Ton crâne est un énorme fruit vert que mûrit
La canicule de tous les Tropiques-  
De tous les Tropiques, mais sans la fraîcheur
De leurs palmiers ni de leur brise marine !  

Ta gorge est sèche, tes yeux s’enflamment;
Et voici que tu vois, au-delà de ce que voient les hommes,
Tous les Tropiques:
Voici des makis parés comme des mariés;
Leurs quatre mains sont chargées de régime de bananes, 
Et chargées de fleurs jamais vues par ceux qui ne sont pas des gens
Et, parmi leur voix heureuse de se baigner au soleil,
Voici tout le tumulte des cascades.

Mais, simultanément,
Est-ce la glace de la pierre qui t’appelle
Qui déjà t’enveloppe tout entier,
Pour que tu sentes ce frisson à travers tout ton être,
Et pour que tu sembles vouloir te cacher sous les nuages du ciel
Et sous toutes les feuilles des sylves insulaires,
Et sous toutes leurs lourdes brumes,
Et sous les dernières pluies au parfum de lait brûlé.  

Scelle fortement tes lèvres afin que n’en sorte
Aucune des choses que tu voies,
Mais que ne voient pas les autres :
Que te berce cet écho qui s’amplifie
Dans tes oreilles,
Lesquelles sont devenues deux coquillages jumeaux
Où palpite la mer qui t’entoure,  
O jeune enfant des îles.   

Jean-Joseph RABEARIVELO

Les ailes de la colombe .

Posté : 29 septembre, 2008 @ 10:20 dans POEME | Pas de commentaires »

galeriemembreoiseaucolombecolombe23408b2.jpg

J’aurais voulu être les ailes de la colombe,
Pour dans le ciel paraître la lumière de l’ombre,
Laisser dans l’oubli la pénombre et les tombes,
Qui se creusent avec des trombes de bombes.

Ma colombe transporte la liberté comme missive,
Supporte l’âme humaine parfois trop agressive,
Mais se noie dans le pétrole en temps de crise,
Elle se perd dans nos bonnes paroles et s’épuise.

Dans son bec elle détient les clés de nos coeurs,
De l’Amérique en Chine elle anesthésie la douleur,
A son passage décime l’amour sur nos lèvres,
Et dans les cieux dessine un sourire quand on se lève.

Blanche comme neige sous une avalanche de piège,
Elle évite ces sortilèges et lévite sur son manège,
Comme un ange qui a retiré tous les treillis,
Pour que l’homme change face au destin qui sourit.

Au crépuscule vous la trouverez scrutant les mers,
En fin de matinée parcourant les dunes des desets,
De l’aube à la nuit le ciel n’est autre que son grand voyage,
Alors je m’accroche à ses ailes pour voir un autre paysage.  

El-Diamino .

1234
 

MES HUMEURS AU FIL DES JOURS |
laguyane |
Rapport Prévention Charleroi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | designdemyself
| DIEGO
| ya est la