La vie d'ici et d'ailleurs (Tritriva)

Bienvenue ! Tonga soa ! Welcome !

Archive pour le 7 octobre, 2008

Trano bongo ( petite maison ).

Posté : 7 octobre, 2008 @ 3:48 dans TONONKALO | Pas de commentaires »

amrapport1.jpg

Ahitana hafanàna,
Ao anaty ny trano bongo ao,
Ny tafo vita falafa,
Ny rindrina, tany bozaka,
Tsihy no natao kidoro,
Lamba vita gasy no anareo roa,
Nefa tsy nangatsiaka akory,
Fa teo anilany ianao.

Tritriva le 02/09/08

*********************************************

HAFANANA

Hafanana mahatamana,
Trano bongo hizarana,
Ny ao anaty fo mangina…
Hiresahana am’tiana !

Bozaka sy tsihy kidoro,
No mampiakatra, mandoro,
Izany tena mamanala,
Revo tsy misalasala !

Fifaliana anie izany !
Mamy sady fy hatrany !
Hafa ihany izany tia…
Sady tiana ho doria !
DdRb

TANY DAGO IANAO de DadaRabe , Poète Malgache .

Posté : 7 octobre, 2008 @ 1:00 dans TONONKALO | Pas de commentaires »

 

 

Visite éclair de l’île rouge .

madagascar2pg3.jpg

Lorsque je suis allée à Mada en juillet,
J’ai parcouru les routes, les sentiers,
Des petites villes, des villages,
Rencontré des gens simples, aimables,
Je respectais leurs coutumes,
Leurs habitudes de tous les jours,
Je vivais comme eux,
Ce rythme du levée vers 6 heures,
Après avoir entendu les coqs chanter,
Chacun à leur tour, se répondant.

Dans les maisonnées, on entendait,
Les enfants bavarder, les mamans chantonner,
Les papas siffler pour appeler,
Quelques uns ronchonnaient tout de même…
On entendait le bruit des sceaux,
Tirant de l’eau du puits, au fond du jardin,
Qui servira à la toilette, à l’arrosage,
Et au lavage du linge.

Presque chaque maison a un chien,
On m’a dit que leur présence éloignait les rôdeurs,
Ces petits groupes qui se déplacent la nuit,
Pour chercher à chiper des choses…
Au début, les aboiements m’empêchaient de dormir,
Mais je me suis habituée à ces bruits,
Car ayant beaucoup marché dans la journée,
Le sommeil prenait vite le dessus.

Ce qui m’a le plus émerveillé, c’est de voir,
Et entendre ces enfants jouer et rire…
Mis à part Tanà, je n’ai pas rencontré d’enfants mendier,
L’essentiel pour eux, c’est d’avoir de quoi manger et jouer.
Dans les petites villes et villages là-bas !
Les gens s’habillent simplement, parfois avec des habits usés,
Mais ça ne veut pas dire forcément qu’ils qu’ils sont pauvres !
C’est leur façon d’être tous les jours.

Ne pas s’en faire, pas de manière,
Sauf le dimanche, presque tous se font beaux,
Les femmes et les filles plus belles,
Les uns vont à l’Eglise, les autres au marché,
Vendre ou acheter sur la grande place,
Ou bien sur les allées, ça se remue de partout…
Tout le monde trouve de quoi manger,
Du moins pour le jour même,
Sauf quelques clochards que j’ai vu,
Fouiller les déchets pas ramassés…

Lorsque j’étais sur les routes,
Je ne perdais pas une miette,
De ce paysage magnifique,
Dont on ne se lassait pas.
C’est assez varié d’une région à une autre,
Au fur et à mesure que l’on avançait,
Mon mari se chargeait de prendre les photos,
Moi, je filmais pour fixer le tout dans la mémoire,
Car, je savais bien que, bientôt je repartirai,
Loin, très loin, de cette terre chérie.

J’emporterai avec moi son parfum,
Ses couleurs, la saveur de ses fruits,
Le goût des légumes, des céréales, surtout le riz…
J’ai mangé du poulet, du canard, de la viande de zébu,
La bouteille d’eau seule faisait contraste.
Les mofo gasy, je les mangeais le matin avec le café, hum !…
J’ai pris soin de prendre parmi mes souvenirs,
De la terre bien rouge de Gasikara,
Que j’ai versé dans notre jardin.
Ce n’était pas un adieu, mais un au revoir !

Tritriva le 10/09/08  Moov

*****************************************************

couleursmadagascar.jpg

TANY DAGO IANAO

Tany Dago ianao namangy ilay tanàna,
Tiana, mahatamana…
Notantarainao teo ny andro vao maraina,
Masoandro migaingaina,
Izaho nitsiriritra,
Sy koa nipitrapitra,
Ka nanetsetra ery !
Fa lavitra ny aty !

Notantarainao koa ireny mpianakavy,
Ireny tovovavy !
Mifanaretsaka eny, fa andro fiangonana,
Ny ankanjony tomombana,
Dia misy ireo mahantra,
Miantso ireo mba hantra,
Mangatangata-maso !
Fa sempotry ny ankaso !

Kanefa ianao mandalo, miserana ihany,
Hamonjy ny ankany !
Ampitan-dranomasina, tsy afaka itoetra,
Fa tapitra ny fetra !
Ilaozanao ilay any !
Ny fonao toa tomany !
Tsy hita izay natao,
Nandao ilay Dago ianao !

DadaRabe

Moov 12/09/08

 

http://dadarabe.blaogy.com/

http://www.freewebs.com/dadarabe

http://mosikagasy.free.fr/

********************************************************

Misaotra DadaRabe

i Dago

Na lavitra aza i Dago
Izy no mameno ny saina
Nosy nahitana masoandro
Nandrotsy ny fahazazana

Hiverina indray andro any ity zanakao

Na efa lehibe sy nandeha
Mahatsiaro azy isan-andro
Manisa hatrany ny fotoana
Hahitana azy indray e

Hiverina indray andro any ity zanakao

Gasikara tanindrazana
Lova ho an’ny taranaka
Fonenan’ireo havan-tiana
Tany mbola hiafarana

Hiverina indray andro any ity zanakao

Tritriva le 14/09/08  Moov

Visite éclair de l’île rouge .

Posté : 7 octobre, 2008 @ 9:50 dans POEME | Pas de commentaires »

madagascar2pg3.jpg

Lorsque je suis allée à Mada en juillet,
J’ai parcouru les routes, les sentiers,
Des petites villes, des villages,
Rencontré des gens simples, aimables,
Je respectais leurs coutumes,
Leurs habitudes de tous les jours,
Je vivais comme eux,
Ce rythme du levée vers 6 heures,
Après avoir entendu les coqs chanter,
Chacun à leur tour, se répondant.

Dans les maisonnées, on entendait,
Les enfants bavarder, les mamans chantonner,
Les papas siffler pour appeler,
Quelques uns ronchonnaient tout de même…
On entendait le bruit des sceaux,
Tirant de l’eau du puits, au fond du jardin,
Qui servira à la toilette, à l’arrosage,
Et au lavage du linge.

Presque chaque maison a un chien,
On m’a dit que leur présence éloignait les rôdeurs,
Ces petits groupes qui se déplacent la nuit,
Pour chercher à chiper des choses…
Au début, les aboiements m’empêchaient de dormir,
Mais je me suis habituée à ces bruits,
Car ayant beaucoup marché dans la journée,
Le sommeil prenait vite le dessus.

Ce qui m’a le plus émerveillé, c’est de voir,
Et entendre ces enfants jouer et rire…
Mis à part Tanà, je n’ai pas rencontré d’enfants mendier,
L’essentiel pour eux, c’est d’avoir de quoi manger et jouer.
Dans les petites villes et villages là-bas !
Les gens s’habillent simplement, parfois avec des habits usés,
Mais ça ne veut pas dire forcément qu’ils qu’ils sont pauvres !
C’est leur façon d’être tous les jours.

Ne pas s’en faire, pas de manière,
Sauf le dimanche, presque tous se font beaux,
Les femmes et les filles plus belles,
Les uns vont à l’Eglise, les autres au marché,
Vendre ou acheter sur la grande place,
Ou bien sur les allées, ça se remue de partout…
Tout le monde trouve de quoi manger,
Du moins pour le jour même,
Sauf quelques clochards que j’ai vu,
Fouiller les déchets pas ramassés…

Lorsque j’étais sur les routes,
Je ne perdais pas une miette,
De ce paysage magnifique,
Dont on ne se lassait pas.
C’est assez varié d’une région à une autre,
Au fur et à mesure que l’on avançait,
Mon mari se chargeait de prendre les photos,
Moi, je filmais pour fixer le tout dans la mémoire,
Car, je savais bien que, bientôt je repartirai,
Loin, très loin, de cette terre chérie.

J’emporterai avec moi son parfum,
Ses couleurs, la saveur de ses fruits,
Le goût des légumes, des céréales, surtout le riz…
J’ai mangé du poulet, du canard, de la viande de zébu,
La bouteille d’eau seule faisait contraste.
Les mofo gasy, je les mangeais le matin avec le café, hum !…
J’ai pris soin de prendre parmi mes souvenirs,
De la terre bien rouge de Gasikara,
Que j’ai versé dans notre jardin.
Ce n’était pas un adieu, mais un au revoir !
Tritriva le 10/09/08

 

MES HUMEURS AU FIL DES JOURS |
laguyane |
Rapport Prévention Charleroi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | designdemyself
| DIEGO
| ya est la