La vie d'ici et d'ailleurs (Tritriva)

Bienvenue ! Tonga soa ! Welcome !

Archive pour novembre, 2008

La légende des dauphins

Posté : 26 novembre, 2008 @ 12:36 dans FAUNE | 17 commentaires »

 Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit Les liens entre l’homme et le dauphin sont très anciens, de nombreuses légendes et récits en témoignent. Ces mammifères ont également inspiré des artistes de tous les temps : fresques funéraires, céramiques, peitures… Au total, quarante cités grecques ont repris l’effigie du dauphin sur leur monnaie.
Dans la Crète préhellénique, les dauphins étaient honorés comme des dieux suite à des légendes relatant des transfigurations : Delphes, le plus fameux sanctuaire de la Grèce, a été considéré comme le centre du monde et c’est là que la pythie rendait ses oracles. Mais c’était surtout le sanctuaire d’Apollon, dieu de lumière qui, selon les hymnes homériques, aurait appelé ces lieux sacrés Delphes parce qu’il y était venu sous les apparences d’un dauphin.
Selon les Grecs, la bienveillance des dauphins trouvait son explication dans une légende qui transforme des hommes en animaux marins : Dionysos, ayant emprunté un navire pour aller à Naxos, s’aperçut que les marins se dirigeaient vers l’Asie, pour le vendre comme esclave. Alors il transforma leurs avirons en serpents, remplit le navire de lierre et fit jouer des fluttes invisibles. Il paralysa le navire dans des guirlandes de vigne, si bien que les pirates , devenus fous, se précipitèrent dans la mer, où ils furent transformés en dauphins. C’est ce qui explique que les dauphins soient les amis des hommes : ce sont des pirates repentis.
D’autres récits de ce genre abondent, comme celui de Télémaque, fils d’Ulysse, tombé à l’eau et secouru par des dauphins qui l’ont ramené au rivage.
Hérodote raconte qu’Arion, poète et joueur de cithare, célèbre au VII siècle avant notre ère, étant menacé d’être jeté à la mer par l’équipage d’un navire qui voulait le voler, demanda une dernière faveur : celle de chanter son plus beau poème, Orthion. Un dauphin fut attiré par ce chant et lorsqu’Arion se jeta à la mer, il le prit sur son dos et le transporta au cap Ténare…
Pline le Jeune relate comment un jeune garçon de Hippone avait été sauvé de la noyade par un dauphin qui devint son ami. Le dauphin le promenait sur son dos, jouait, sautait, plongeait et le jeune garçon nageait autour de lui, tandis que la ville se pressait sur le rivage pour admirer la scène. D’autres enfants et des adultes purent approcher et caresser l’animal. 
C’est exactement ce qui s’est passé avec les dauphins  » ambassadeurs  » Nina ou Opo, 1850 ans plus tard.

Comme on peut le voir, cette amitié entre l’homme et le dauphin n’est pas un phénomène  » récent « . Cependant, il semble qu’il y ait actuellement un regain d’intérêt quand à cette relation particulière, et les témoignages venant de part le monde concourent à créer un phénomène que nous pouvons appeler  » l’univers merveilleux du dauphin « .

De nos jours : lire ici 

Water Planet

Le merle noir – Turdus merula

Posté : 25 novembre, 2008 @ 10:07 dans FAUNE | 3 commentaires »

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit Le merle commun vit en Europe, mesure environ 25 cm et pesant une centaine de grammes. Le mâle est entièrement noir, avec un bec et des cercles orange vif autour des yeux. La femmelle, plus discrète, est brune, et son bec est noir. Le mâle excellent chanteur, se met bien en évidence sur un perchoir pour entamer son chant mélodieux. Les merles sont territoriaux et ne supportent pas de congénères sur leur territoire pendant la période de reproduction.
Le merle se nourrit de vert de terre, d’escargots, d’insectes et autres arthropodes, de baies et de fruits. La femmelle pond de trois à cinq oeufs. Les jeunes sont nidicoles; ils naissent nus et aveugles. A la sortie du nid, ils sont brun tacheté d’ocre, et leur bec est noir. Ils sont capables de se reproduire dès leur première année.
Le merle noir habite partout où il y a des arbres et des buissons. Il peut vivre jusqu’à seize ans. Le merle à plastron nidifie dans les zones montagneuses. Il ressemble beaucoup au merle noir, mais sa poitrine est blanche.

lire plus:  http://fr.wikipedia.org/wiki/merle_noir

Poème de RADO, 1923-2008 malagasy journalist Poet

Posté : 25 novembre, 2008 @ 1:40 dans POEME | 4 commentaires »

avatarblog1019364620tmpphpdyiqjy.jpg                    FLEUR FOLLE 

Quelle fleur fofole, fleur irréfléchie
Qui persiste à pousser sur un terrain trop sec
Partout, tout autour et déjà, c’est la désolation
Tout sommeille… ! Et seule, toute seule, elle demeure éveillée. 

Il existe encore et quelque par aussi
Un coeur aussi foufou qui refuse l’oubli
Le monde, s’il se tait, lui, continue à croire.

Il garde la mémoire et se souvient très bien
De cet Amour auquel il a toujours cru
Toujours encore vivace, et toujours encore en fleur.

RADO, 11 janv. 2000.
Traduction Di Henri RAHAINGOSON
http://www.freewebs.com/radopoete/ 

12345...12
 

MES HUMEURS AU FIL DES JOURS |
laguyane |
Rapport Prévention Charleroi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | designdemyself
| DIEGO
| ya est la