La vie d'ici et d'ailleurs (Tritriva)

Bienvenue ! Tonga soa ! Welcome !

Archive pour décembre, 2013

Le métissage c’est plus sage …

Posté : 14 décembre, 2013 @ 10:47 dans POEME, TONONKALO | Commentaires fermés

 

metissage-c64e1c5c-453f-46da-b807-fda7fa90b828

 

Le métissage c’est plus sage …

12 décembre 2013, 16:34

 

Mon ami virtuel , Jean Michel Rasolonjatovo , me fait part d’une réflexion peu amène d’ un candidat aux présidentielles à l’égard des personnes d’origine « métisse » alors je me suis fendu d’un petit article pour répondre à cet homme qui va peut être présider aux destinées de Madagascar dans les semains qui viennent :

 

Dans ce fameux débat télévisé qui opposait les deux candidats aux présidentielles de Madagascar , le candidat Hery Rajaonarimanpianina eut cette réflexion qui démontre s’il le fallait ,l’immense intolérance qui le caractérise : parlant du candidat Jean Louis Robinson , Hery Rajaonarimanpianina rappela d’un air condescendant que celui ci avait des origines française et chinoises ! quel obscurantisme ! quel mépris ! et nous sommes en 2013 ! alors que nombre de compatriotes sont eux mêmes issus du métissage pour ne pas dire tous !

 

Quand on sait qu’ici , à Madagascar , se sont croisés au fil des siècles , tour à tour ou ensemble ; Indonésiens , Bantous , Arabes , Juifs , Européens de tous horizons , chinois !

 

Monsieur le « peut être futur Président  » , vous faites preuve là d’un esprit rétrograde ,et qui plus est vous semblez ignorer ou faites semblant d’ignorer l’histoire de votre pays , ce qui est un comble pour un « peut être » futur Président de la République ! et tenir de tels propos n’est pas digne de la fonction que vous prétendez occuper à l’avenir !

 

Voyez vous , Monsieur Hery Rajaonarimampianina , Le métissage est une bénédiction pour le monde ; d’abord parce que physiquement , même les pires détracteurs ne pourront qu’admettre que ces mélanges sont très souvent fort réussis , je veux parler sur le plan physique mais aussi , sur le plan intellectuel ou sportif et culturel ! Bien des métis brillent aussi par leur vivacité d’esprit , on en a des exemples historiques comme Alexandre Dumas fils ,par leurs exploits sportifs , je ne citerais que Yannick Noah et Jo Wilfrid Tsonga qui soi dit en passant sont les seuls français à avoir gagné un tournoi du grand chelem au cours des 70 dernières années !

 

Il faut souligner aussi la capacité d’adaptation du métis à tous les milieux qu’ils soient de l’une ou l’autre des communautés et leur grande tolérance due justement au fait qu’ils sont deux en un !

 

Je regrette juste que l’on ne retienne de cette notion de métissage que le fait qu’il donne de jolies miss ,car je trouve cela un peu réducteur , mais enfin , bon , on est heureux que cette jeune fille soit reconnue comme la plus belle de France pour cette année à venir ! même si je n’aime pas trop ce concept de Miss !

Je regrette également que l’on en soit encore aujourd’hui à débattre sur la race ou les origines diverses dans des pays comme la France ou Madagascar quand on sait les origines multiples de ces peuples !

 

Aucun français ne peut nier qu’il a des ancêtres étrangers ; cela commence par la Gaule qui fut envahi par toutes sortes de gens venus de Grèce , d’italie , de Germanie ,voire d’arabes puisque ces derniers sont remontés jusqu’à Poitiers où Charles Martel les arrêta selon l’histoire ; et depuis la fin du 19ème siècle , avec les révolutions et les guerres se sont succédé ; Russes , polonais , italiens , arméniens , espagnols , arabes , cambodgiens , africains et bien sûr malgaches etc etc ..Aujourd’hui qui peut encore se vanter d’être un « Pur  » Français ? même les premiers d’entre eux sont souvent d’origines étrangères ( votre ami Sarkozy par exemple )

 

De même , aucun malgache aujourd’hui ne peut être sûr à 100 % d’être ce que certains appellent « pure race » ! d’ailleurs je serais à la place de ceux que l’on désigne ainsi de Pure Race , je serais vexé car c’est un terme que l’on utilise généralement pour des animaux comme le cheval ( pur sang ) ou le chien avec pedigree …

 

Non monsieur Hery Rajaonarimampianina , votre vision des choses ressemble plus à certaines thèses soutenues en France par des personnages racistes , xénophobes et populistes !

 

N’avez vous pas remarqué que le monde a changé ? ne savez vous pas que la première nation du monde , les USA , est dirigée par un métis ? n’avez vous pas compris que c’est ce métissage qui rapproche les peuples ? que c’esst ainsi que l’on pourra mieux partager les cultures et les modes de vie ? que c’est le meilleur atout du monde aujourd’hui ? pourquoi réveiller cette haine et ce mépris à l’égard des métis ?

 

J’ose espérer que vos enfants ou petits enfants feront un jour souche avec des personnes d’une autre couleur et je serais curieux de connaitre votre position à ce moment là !

 

Et pour finir , cette notion de partage , car c’est bien de cela qu’il s’agit , je vous révèle si vous ne le saviez point qu’elle a emmené les métis à se choisir symboliquement pour Patron St Martin de la charité , qui pour sauver un pauvre du froid , a partagé son manteau en deux pour recouvrir les épaules du malheureux ! alors croyez moi :Le métissage c’est le plus sage !!!

 

voici un petit poème que j’ai écrit il y a quelques années pour expliquer la difficulté pour un métis de vivre sa dualité partout ; que ce soit en France ou à Madagascar !

 

Sang mêlé

 

Je suis au croisement de civilisations

Métis, mulâtre, sang mêlé de plusieurs nations

De part et d’autre de mers et d’océans,

Racines mâtinées dans des sables mouvants

Mes origines sont de Fécamp et de Magrie

Mes aïeux Cathares préparaient du vin doux

Fougueuse et pétillante Blanquette de Limoux,

Qui sut séduire un cru bourgeois de Normandie.

J’ai grandi du Cap d’Ambre au Cap Ste Marie

Mes ancêtres malgaches y plantaient du riz

Et conduisaient une charrue moyenâgeuse

Menée par un zébu dans les rizières pluvieuses

Les uns rejetaient la tache noire qui aurait sali

L’immaculée blancheur à leurs yeux pervertie

Leur douce et tendre colombe blanche

Offerte à un nègre en habits du dimanche

Quand elle a délibérément choisie

Les ténèbres d’une nuit sans fin

Ceux d’outre mer m’ont accueillis

Prodigue de tendresse et de câlins

Aucun reproche à celui parti trente ans

Juste la curiosité de voir enfin ces enfants

Qu’il ramenait de si loin et nous appelant

Betsileo Vazaha*, insidieusement

Tragiques douleurs de ces mots malheureux

Qui déjà blessaient mon âme fêlée

Résonnaient du ton pervers,pernicieux

D’un ressentiment pour ma dualité

Depuis je dois vivre cette ambiguïté

Ma part noire reproche à ma part blanche

Malhonnêtetés, perversités, iniquités

Le côté blanc au sauvage noir sa nonchalance

Chacune de ces parties n’est que rancoeur

Pour l’autre qu’il juge cause de malheur

Pour eux je reste un sang mêlé

Hybride contre nature, faute avérée

Au cours de leurs confrontations

J’ai toujours défendu avec passion

Celui que l’autre avait mis en minorité

Souvent au détriment de ma sécurité

Sur une terre d’accueil nommé France

Mais où règne tant et tant de différences

J’ai vécu dans de sinistres et grises cités

Où les Français ont relégués tous les basanés

Quoiqu’en France, il n’y a pas de Français

Normands, Auvergnats, Alsaciens, Bretons

Catalans, Bourguignons, Corses, Gascons

Aucun n’accepte d’être aux autres comparé

Je suis né Malgache et Français

Je suis Arabe mais aussi Malais

Africain blanc de Malayo Polynésie

Sang mélangé d’Europe, Afrique, Asie

Finalement je pense avoir compris

Les hommes sont affreux, sales et gris

Les uns sont gris foncé, les autres gris clair

La bonne couleur, elle, reste encore à faire

 

Rakotondrabe Roland

 

12 / 12 / 2013

Nelson Mandela en 15 citations (Hommage)

Posté : 6 décembre, 2013 @ 12:06 dans HOMMAGE | Commentaires fermés

2012-04-13-002-Mandela

CLIQUER SUR LE LIEN :  Nelson Mandela en 15 citations

 

Le temps de l’Avent a-t-il encore du sens ?

Posté : 4 décembre, 2013 @ 2:23 dans AVENT | Commentaires fermés

 

église

 http://www.croire.com/Definitions/Fetes-religieuses/Avent/Le-temps-de-l-Avent-a-t-il-encore-du-sens

Cliquer sur le lien au-dessus :-)

Avent 2013

Le temps de l’Avent a-t-il encore du sens ?

Nous entrons dans le temps de l’Avent, le temps de la mémoire de la venue du Seigneur, de son invocation et de son attente, avec Enzo Bianchi, prieur de la communauté de Bose, en Italie.

Lorsque nous professons notre foi, nous confessons : « Il a pris chair de la Vierge Marie et s’est fait homme. Crucifié pour nous sous Ponce Pilate, il souffrit sa passion et fut mis au tombeau. Il ressuscita le troisième jour, conformément aux Écritures, et il monta au ciel ; il est assis à la droite du Père. Il reviendra dans la gloire, pour juger les vivants et les morts ».

La venue du Seigneur fait partie intégrante du mystère chrétien, car le jour du Seigneur a été annoncé par tous les prophètes et Jésus a parlé à plusieurs reprises de sa venue dans la gloire, comme Fils de l’Homme, pour mettre fin à ce monde et inaugurer un ciel nouveau et une terre nouvelle.

La création tout entière en attente

La création tout entière gémit et souffre, comme en travail d’enfantement, attendant sa transfiguration et la manifestation des enfants de Dieu (cf. Rm 8, 19 s.) : la venue du Seigneur sera l’exaucement de cette supplication, de cette invocation, qui répond à son tour à la promesse du Seigneur (« Je viens bientôt ! » Ap 22, 20) et qui s’unit à la voix de ceux qui, dans l’histoire, ont subi l’injustice et la violence, la non-reconnaissance et l’oppression, et ont vécu pauvres, affligés, pacifiques, sans défense, affamés.

Consciente que l’accomplissement des temps s’est déjà produit en Christ, l’Église se fait voix de cette attente et, durant le temps de l’Avent, elle répète avec une force et une assiduité accrues l’ancienne invocation des chrétiens : Marana thà ! Seigneur, viens !

À la question « qui est le chrétien ? », saint Basile a pu répondre ainsi : « Le chrétien est celui qui reste vigilant chaque jour et chaque heure, sachant que le Seigneur vient ».

Mais nous devons nous demander : aujourd’hui, les chrétiens attendent-ils encore, et avec conviction, la venue du Seigneur ?

C’est une question que l’Église doit se poser, elle qui se définit par ce qu’elle attend et ce qu’elle espère ; une question qu’elle doit se poser parce qu’il y a aujourd’hui, en réalité, un complot de silence sur cet événement, que Jésus a placé devant nous comme un jugement avant tout miséricordieux, mais capable aussi de révéler la justice et la vérité de chacun, placé devant nous comme une rencontre avec le Seigneur dans la gloire, comme le Royaume achevé finalement pour l’éternité.

Souvent, on a l’impression que les chrétiens lisent le temps comme un æternum continuum, comme un temps homogène, privé de surprise et de nouveauté essentielles, un mauvais infini, un présent éternel où tant de choses peuvent se produire, mais non la venue du Seigneur Jésus-Christ !

Pour de nombreux chrétiens, l’Avent n’est-il pas devenu une simple préparation à Noël, comme si l’on attendait encore la venue de Jésus dans la chair de notre humanité et dans la pauvreté de Bethléem ? Naïve régression dévote qui appauvrit l’espérance chrétienne ! Le chrétien, en vérité, a conscience que s’il n’y a pas la venue du Seigneur dans la gloire, il est le plus à plaindre de tous les misérables de la terre (cf. 1 Co 15, 19, où il est question de la foi en la résurrection), et que s’il n’y a pas de futur caractérisé par le novum que le Seigneur peut instaurer, le cheminement à la suite du Seigneur dans l’aujourd’hui historique devient insoutenable. Un temps dépourvu de direction et d’orientation, quel sens peut-il avoir et quelles espérances peut-il ouvrir ?

L’Avent est donc, pour le chrétien, un temps fort, durant lequel, ecclésialement, c’est-à-dire dans un engagement commun, on s’exerce à l’attente du Seigneur, à la vision dans la foi des réalités invisibles (cf. 2 Co 4, 18), au renouvellement de l’espérance du Royaume, dans la conviction que nous cheminons aujourd’hui par la foi et non par la vue (cf. 2 Co 5, 6-7) et que nous n’expérimentons pas encore le salut comme une vie qui n’est plus menacée par la mort, par la maladie, par les pleurs, par le péché. Il y a un salut, apporté par le Christ, que nous connaissons dans la rémission des péchés, mais le salut plein, le nôtre, celui de tous les hommes et de tout l’univers, n’est pas encore venu.

Une communion à l’attente des juifs

Pour cela aussi, l’attente du chrétien devrait être une manière de vivre la communion avec l’attente des juifs qui, comme nous, croient au « jour du Seigneur », au « jour de la libération », c’est-à-dire au « jour du Messie ». Vraiment, l’Avent nous porte au coeur du mystère chrétien : la venue du Seigneur à la fin des temps n’est rien d’autre, en effet, que l’extension et la plénitude eschatologique des énergies de la résurrection du Christ.

En ces jours d’Avent, il s’agit donc de nous interroger : nous autres chrétiens, ne nous comportons-nous pas comme si Dieu était resté derrière nous, comme si nous ne trouvions Dieu que dans l’enfant né à Bethléem ? Savons-nous chercher Dieu dans notre avenir, comme des sentinelles impatientes que vienne l’aurore, en ayant au coeur l’urgence de la venue du Christ ? Et nous devons nous laisser interpeller par ce cri plus actuel que jamais de Teilhard de Chardin : « Chrétiens, chargés de garder toujours vivante sur terre la flamme du désir, qu’avons-nous fait de l’attente du Seigneur ? ».

Frère Enzo Bianchi est prieur de Bose. Cette communauté, qu’il a fondée il y a plus de trente ans à Bose dans le nord de l’Italie, est une communauté monastique, mixte et oeucuménique, dont la pratique de la lectio divina est particulièrement réputée.

Enzo Bianchi, prieur de la communauté de Bose, en Italie, novembre 2001 (mise à jour Octobre 2013)

Croire.com

Adventskranz-1.Advent

 

 

123
 

MES HUMEURS AU FIL DES JOURS |
laguyane |
Rapport Prévention Charleroi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | designdemyself
| DIEGO
| ya est la